Au fil des ans, l’équipe « Plasma Spatiaux » du LPP, membre de Plas@Par, a développé un savoir-faire instrumental reconnu au niveau international qui va des spectromètres de masse ioniques et détecteurs de particules chargées aux capteurs magnétiques, en passant par les analyseurs de bord. De la fin 2015 à l’horizon 2030, le calendrier des missions coordonnées par les agences spatiales internationales (CNES/France, ESA/Europe, NASA/USA, JAXA/Japon, CNSA/Chine) est bien rempli et le LPP y apportera sa contribution à différents stades. L'UPMC nous en dit plus sur l'implication des ingénieurs et techniciens du LPP dans chaque future mission spatiale, retrouvez l'article sur le site de l'Université.